REMARQUE ! Ce site utilise des cookies et autres technologies similaires.

Si vous ne changez pas les paramètres de votre navigateur, vous êtes d'accord. En savoir plus

Fédération Générale des Transports CFTC

CFTC Transports

Connexion S'enregistrer

Connexion

Adhérer

French English Italian Spanish

Espace Actualité
Espace Formations
Espace Juridique
Nous contacter
Espace Adhérent

Des péages sur des nationales, une fausse bonne idée ?

Le gouvernement réfléchit à taxer les poids lourds sur le réseau routier et prend en exemple un tronçon de la N 10, dans les Landes, devenu payant. Sauf qu’il y a eu des effets pervers.

Surtout ne dites pas « écotaxe » ! Pour boucler son budget, le ministère des Transports réfléchit à plusieurs pistes, comme une nouvelle taxation sur les poids lourds. Se défendant de relancer l’écotaxe, abandonnée en 2014 après des violentes manifestations, la ministre, Elisabeth Borne, soulignait la semaine dernière dans « les Echos » que « cela peut aussi passer par la mise en place de péages sur certaines sections de routes nationales, sans pénaliser les déplacements de proximité, à l’image de ce qui a déjà été fait dans les Landes ».

QUESTION DU JOUR. Selon vous, faut-il instaurer des péages spécifiques pour les poids lourds ?

Dans ce département du sud-ouest de la France, une section de 110 km de la nationale 10 a été transformée en 2013 en une autoroute payante (A 63). Depuis, les poids lourds qui l’empruntent pour relier l’Espagne depuis Bordeaux doivent payer entre 15 et 20 €. « Avec cette mesure, ce sont les camions qui sont visés, c’est une écotaxe déguisée ! » s’agace Thierry Douine, le président de la CFTC-Transports. Et pour éviter de payer, certains poids lourds ont trouvé l’astuce : ils contournent l’autoroute en empruntant les départementales adjacentes, comme la D 834, qui traversent des petites communes. Du coup, le trafic des routiers sur le réseau secondaire dans le coin a augmenté de 15 à 30 %, selon une étude rendue en janvier dernier au conseil départemental. Le rapport révèle également que 50 % des poids lourds sont en excès de vitesse, ou que 62 nouvelles habitations sur la D 834 sont désormais soumises à un niveau « pas acceptable » de bruit.

 -

Parmi les communes impactées figure Moustey, 700 habitants, située sur la D 834, à quelques kilomètres de l’autoroute. « Le trafic des camions est un sujet permanent de discussion dans le village et nous recevons de nombreuses plaintes d’habitants », assure le maire, Vincent Ichard. Conscient du problème, le département a pris en mars un arrêté interdisant sur la D 834 « la circulation des véhicules de transport de marchandises en transit, d’un poids de plus de 7,5 t », pour « des raisons de sécurité routière et des questions de nuisances aux riverains ». Depuis la mise en place de cet arrêté, la moitié des camions qui contournaient l’autoroute y seraient retournés, selon une estimation du département.

Le secteur routier vent debout

Si le gouvernement compte toujours s’appuyer sur cet exemple pour taxer d’autres tronçons de route gratuite, outre les problèmes de nuisances, il va devoir aussi se préparer à l’affrontement avec le secteur routier. « Nous sommes opposés à toute nouvelle taxation », assène Florence Berthelot, déléguée générale de la Fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR). Sur ce dossier, les patrons peuvent compter sur les syndicats. Thierry Douine, de la CFTC, prévient : « On est prêt à retourner dans la rue. »

Pour le moment, le ministère temporise. Il ne précise pas quelles seront les prochaines expérimentations et renvoie au « grand débat sur les ressources » qui s’ouvre à l’automne à travers les Assises de la mobilité. Objectif : trouver des solutions acceptées par toutes les parties. A Moustey, la municipalité assure rester plus que jamais « à l’écoute » des plaintes de ses administrés dérangés par les camions.

  leparisien.fr

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir

CARCEPT PREV carou

AFTRAL carou

klesia carou

OPCA carou

Humanis carou

Humanis carou

Humanis carou

Position dans le site cftc-transports.fr

Google Play

 

 

img fb1